*¤* Forum RPG (avec RP sur mini tchat disponible) dans un univers médiéval/fantastique *¤*
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Phsysalia, La Guérisseuse Maudite

Aller en bas 
AuteurMessage
Phsysalia
La Guérisseuse Maudite
La Guérisseuse Maudite
avatar

Féminin Poissons Messages : 153
Messages RP : 20
Date d'inscription : 09/09/2012
Age : 24
Localisation du personnage : Forêt de Landayën
Métier du personnage : Guérisseuse
Alignement du personnage : Méfiante envers tous

Badges :

Votre Identité
Age du personnage: 18 ans environ
En couple avec: la nature
Brève desciption:

MessageSujet: Phsysalia, La Guérisseuse Maudite   Dim 23 Sep - 22:33

[En cour de création]












Les yeux d’un bleu profond, de petite taille pour sa race, Phsysalia a gardé une allure enfantine, malgré son âge.
Les cheveux court, une mèche rouge colore sa tignasse blonde, héritage de sa mère.

Toujours marqué d’un délicat sourire, elle a la particularité de donner envie à tous ceux qui se sont plonger dans son regard de prendre soin d’elle, encore une fois un moyen de défense, mais peut-être aussi celui de satisfaire un désir chez cette jeune fille.
L’elfette ne se sépare jamais de son poignard qu’elle porte attaché à la cuisse ainsi que de son familier qui ne s’en éloigne que pour chasser.

Une profonde cicatrice marque son dos, symbole de son bannissement de la cité Elfique.

Physalia porte également autour du cou un médaillon, cadeau de son père, qu’elle viendra naturellement serrer lors d’une situation effrayante pour elle.

Un tatouage naturel orne sa main droite, représentant une feuille d’arbre. Elle s’amuse à dire que Dame Nature l’a ainsi choisit dés la naissance pour la protéger, bien qu’il y ai surement une part de vérité dans ces dires.






D'une extrême sensibilité et timidité, Phsysalia éprouve de grandes difficultés à s'exprimer et communiquer avec tout être doué de parole.

Préférant de loin la compagnie des animaux à celle des humanoïdes, elle voue une crainte et une méfiance quasi hostile envers eux.
D'une douceur sans pareil et d'une gentillesse à toute épreuve, elle ne refusera cependant jamais de venir en aide à un être blessé, peu importe sa nature, même si celui-ci s’avère être un hybride.

Physalia a gardé une âme d'enfant, avec toute l'innocence et la pureté qui leur est propre. D'un cœur fragile, elle c'est érigé une barrière mentale de cristal, afin de se protéger de toute personne souhaitant le lui voler. Car son amour est réservé à Mère Nature et ces créatures. Pourtant, chacun le sait... Le cristal a beau être solide, il suffit d'en découvrir une infime fissure afin que celui-ci se brise...

Une âme d'enfant ? Serte. Mais également un grand sens du devoir. Ainsi, la mission qu'elle s'est donnée étant de protéger la forêt, Phsysalia mettra tout en œuvre pour y parvenir. Elle fera preuve d'un grand courage et d'une volonté farouche face aux pires situations, jusqu'à mettre sa propre vie en danger.

Un de ces traits de caractère que peu ont eu la chance de découvrir est sa malice et son intelligence. En effet, bien souvent et ceci afin d'éteindre la méfiance, la jeune elfe se fait passer pour sotte. Une manière de se protéger. En réalité, son esprit est d’une vivacité redoutable ! Elle n’a pas son pareil pour imaginer toute sorte de situation les plus rocambolesque les unes que les autres, ainsi que le meilleur moyen de s’en sortir.

Avant qu’elle ne soit bannie de la cité des elfes, nombres de généraux tentaient de la recruter au sein de la garde royale.
Bien mal leur en pris… Car si Phsysalia est une tacticienne hors-pair, elle n’en déteste pas moins la violence autant que l’autorité. D’un naturel solitaire, elle chérit sa liberté et n’a que peu de considération pour la royauté. Comme chaque elfe, l’elfette les respecte. Mais elle n’éprouve aucune admiration ou sympathie pour ceux qui se mettent au service d’autres plus puissants, au détriment de leur libre arbitre et de leur libre pensé. Cette non sympathie allant parfois jusqu’au dégout et la poussant à la moquerie.

Bien entendue, tout ceci ne franchit jamais le seuil de son esprit. Seul Lalvis’k connaît assez sa jeune amie pour décrypter dans chacune de ces indescriptibles mimique son humeur. En effet, lunatique, Phsysalia voit ses émotions changer régulièrement et ce rapidement. Peut-être est-ce dus au fait qu’elle ne puisse se concentrer sur un événement n’ayant aucun lien avec Mère Nature plus de quelques minutes.

Timide, douce, gentille, sensible, fragile, maligne, intelligente… Pourtant Phsysalia peu entrer dans une fureur des plus noires, et ceux qui en ont été les victimes ne sont plus en état d’en parler. Il n’y a qu’un seul type d’acte qui peu déclencher autant de colère chez cette petite… La violence envers Dame Nature et ces enfants. Capable, si elle en est témoins, d’utiliser son art des poisons au paroxysme de sa puissance, Physalia effraie. S’en est fini de la jeune elfe délicate. Une guerrière sans pitié lui fait place. Seul son dégout à tuer des êtres doué de cœur font qu’elle reste reconnaissable. Encore faut-il qu’elle juge que vous en possédiez un…

En résumé, Physalia incarne la délicatesse féminine au cœur pure d’un enfant, doublé d’un dévouement total à Mère Nature, mais qui peut se montrer froide et cruelle envers quiconque met en péril sa mission.

Vous qui croisez son chemin, évitez de la mettre en colère...
Ce serait regrettable… surtout pour vous.




Lakvis'k, loup noir aux balzanes blanches, est le familier de Phsysalia. Plus grand que la plupart de ceux de son espèce, il impose de part sa taille imposante et son regard d’un rouge sang. Il possède également une marque blanche en forme d’étoile à 5 branches sur le poitrail, souvenir d’une bataille qu’il dus mener seul pour assurer la protection de sa maîtresse et amie.

En effet, c’est lorsque ces parents partirent en mission le jour de son 8eme anniversaire qu’ils lui offrirent ce jeune louveteau, afin que celui-ci la protège. Séparé du cocon familial, la petite fille a reporté tout son amour sur le petit animal. En grandissant, bien plus que son protecteur, celui-ci est devenue son ami et son confident. D'une dévotion et d'une fidélité sans faille, Lakvis'k donnerai sa vie pour sa petite protégée, car elle en ferait de même pour lui.

Beaucoup de demande comment font-ils pour communiquer aussi aisément ? A ceux-là Phsysalia répond que parfois, les liens du cœur et de l’esprit surpassent celui des races, pour peu que l’on ai un esprit assez ouvert.





Phsysalia, jeune elfe vivant aujourd'hui au coeur de la forêt de Landayën, est née de parents elfes, dans la cité Elfique.

Son père, chercheur en biodiversité, et sa mère ambassadrice de la protection de la forêt, se sont peu occupé d'elle étant petite. Toujours occupé sur le terrain. Afin de compenser cette absence, ils mettaient un point d'honneur à fêter chacune des dates importantes de la façon la plus festive possible ! En l'emmenant en randonnée, en lui offrant de superbes cadeau… Ainsi Phsysalie ne leur en voulue pas de ne pas être près d'elle. L'importance de leur travail, sa la petite l'avait bien compris. De ce fait, elle a grandit entouré de l'amour de sa nourrice et de celles des animaux qui vivaient chez elle.

Enfant timide, elle n'eut pas beaucoup d'amis et en souffrit quelque peu à l'école. La fillette était toujours en proie aux moqueries de ces camarades qui l'affublaient de surnoms tous plus dévalorisant les uns que les autres… La Fantôme, La Sans-rien-dire, l'Humaine…. Autant de blessure pour cette enfant fragile. Elle n'étais pas la seule à subir la cruauté des autres jeunes elfes. Un Hybride, que l'on tolérait au sein de la cité, un peu plus âgés qu'elle. Plusieurs fois Phsysalia tenta de l'approcher, cet étrange inconnu que tout le monde détestais, après tout, ils pourraient devenir ami et s'entraider. Mais il semblait trop meurtrie dans son âme pour la remarquer. Une fois seulement il la regarda. Son regard emplis de douleur lui fit mal et depuis ce jour elle n'insista plus pour communiquer avec lui. Ainsi, elle préféra s'isoler et se créer un coeur de cristal. Même si les insultes des autres la bouleversait toujours, elle ne le montrait plus, et ils cessèrent bientôt de s'intéresser à elle.

L'école étant devenue une véritable épreuve pour la pauvre elfette, sa nanie décida de la garder auprès d'elle et de l'éduquer à sa manière. Car parfois se faire ignorer des autres est bien plus douloureux que la moquerie... Dès l'âge de six ans, Phsysalia parcourut la forêt en compagnie de sa tutrice et en découvrait toute ces merveilles. Naquit son désir de la protéger, peut importe ce que sa lui en couterait. C'étais son rêve. Ces escapades se firent de plus en plus longues, et elle apprenait vite. Sa nourrice lui dit un jour :




A cette époque, l'elfe ne comprit pas ces mots, mais elle éprouva une forme de… gratitude envers les paroles de Nanie. Paroles qui lui seront salutaires…
Peu après qu'elle vus le regard de l'Hybride, Phsysalia eut un fort intérêt pour cette race. Pourquoi les siens en acceptais deux, même des enfants, si ils les détestais tant ? Car oui, l'elfette avait découvert pas moins de deux Hybrides à l'intérieur de la cité. En plus du plus âgé qu'elle se trouvait un plus jeune. Nées il y a peu, cette histoire avait fait grand bruit dans toute la cité. Ce fut Nanie qui lui expliqua les raisons de toute cette agitation, elle semblait énervée par tout ceci, ce qui ne lui ressemblais pas. Une elfe avait eu un enfant avec un humain, que l'on avait soigné et recueillit quelques mois plus tôt. Le pauvre bébé fut haïs avant même d'ouvrir les yeux...Car si les elfes détestent les hybrides, c'est encore pire avec ceux du sang de leur peuple. Heureusement pour lui, sa soeur décida de le prendre sous son aile, même si on pouvait lire un certains dégout sur son visage. Il était protégé. La dernière entrevue de l'elfette avec un hybride la dissuada de les approcher ou de les observer trop longtemps... Ils vivaient leur vie, ensembles, et elle se devais de vivre la sienne. Car une elfe qui veux sympathiser avec une race impur, c'est mal vus dans la ville. Malgré cette décision, Physalia ne put s'empêcher de garder un oeil sur lui.

Mis à part son intérêt pour les Hybrides et son amour de la Forêt, Phsysalia appris également auprès de sa nourrice le métier de guérisseuse. Et il s'avère qu'elle fut extrêmement doué et amusé par ce lourd apprentissage. En quelques années, chaque plante et son utilisation, chaque préparation de potions, chaque infime signe de maladie, plus rien n'avait de secret pour elle. Bien qu'elle éprouvais, tout comme sa mère, un certains plaisir à concocter nombre de poisons aux effets tous plus loufoques les uns que les autres. Poison anti-chant, Poison-du-rire, Poison du sourire…mais aussi Poison-du-sommeil, Poison tue-nez ou Poison mortel. Le métier de guérisseuse était siens et elle en étais fière.
Malheureusement, Physalia n'en savait pas encore assez sur le sujet… Et elle ne vit pas que sa cher Nanie étais malade… Fait rare chez les elfes, celle-ci perdais la vue. Ne supportant plus sa condition, elle disparus un matin, laissant une simple lettre à l'enfant…




Ainsi Physalia se retrouvais seule… Nanie étais partis, à tout jamais… Elle pleura beaucoup lorsqu'elle descendit vers la table de séjour… Tous les animaux semblaient tristes, même les plantes étaient abattue… Le dernier cadeau de sa nourrice était un magnifique grimoire, le siens ! Un livres dans lequel se trouvaient rassemblé toutes ces connaissances mais aussi sa mémoire, sa vie. Un cadeau précieux au coeur l'elfette. Elle compris le geste de sa nounou. Reprenant tout son courage elle entrepris de s'occuper de ces nouveaux protégés et y mit un extrême soins. Bientôt la vent de tristesse repartit comme il était venus. Physalia avait une mission désormais. Et elle allait tout mettre en oeuvre pour l a mener à bien. Pour Nanie, mais aussi pour elle. Une fois toutes ces taches fini, elle entreprit la lecture du grimoire. Bon nombre de connaissances y étant inscrites lui était familières, mais ce qui l'intéressait particulièrement furent toutes ces anecdotes vécue par La Grande Guérisseuse qu'étais sa nourrice. C'est ainsi qu'elle appris avec stupeur qu'elle avait soigné lors d'un de ces voyage… un hybride. Pourtant les elfes détestent ces créatures ! Elle se serait faite bannie pour avoir commis un tel acte ! C'est alors qu'elle aperçut en bas de pages, en petits caractères, une mention qui lui semblât être destinée… "Tout être qui a un coeur mérite qu'on lui vienne en aide, peut importe sa race." Ces simples mot prirent un grand sens pour elle. Soigner, soigner sans regarder l'apparence de l'être mais seulement son coeur. Bien des fois elle avait aidé à guérir des créatures de la forêt particulièrement repoussante. Pourtant elle ne ressentais aucun dégout. En quoi les hybrides étaient-ils différents ? Ils vivaient et avaient un coeur eux aussi ! Phsysalia se fit la promesse de suivre ces paroles prononcé par sa tutrice. Peut importe, une fois de plus, les risques encourus. Mais elle se devait de garder secrète cette pensée, au risque d'être bannie…




Quelques jours plus tard, c'était enfin le jour de son huitième anniversaire. Ces parents n'en avaient pas voulue à Nanie de son geste et furent même impressionné par le changement qui s'en était découlé chez Phsysalie. Elle était devenue plus responsable, mais gardait toujours ce visage enfantin et cette fragilité qui lui était propre. Fragilité qui les inquiétait d'autant plus qu'une mission de longue durée les attendais dés le lendemain… Quitter leur enfant maintenant seul leur était très douloureux. Mais ils allaient lui faire un cadeau qui lui offrirait une éternelle compagnie tout en les rassurant. Physalia, impatiente, demanda à sa mère:





Effectivement, de petits geignement se firent entendre depuis le salon de bois. Ceux d'un animal, comme un chien… Oh non, mieux qu'un chien ! Un loup ! Un magnifique louveteau noir aux balzanes blanches ! Lakvis'k de son nom. Un magnifique cadeau, un ami, un protecteur. Encore bien jeune mais qui grandirait vite ! Un lien indescriptible se créa entre le coeur de l'elfe et celui du loup. Un lien puissant et merveilleux, immortel. Physalia était heureuse. Malheureusement il était temps pour ces parents de lui apprendre la triste nouvelle…





Phsysalia compris et se mit dans une rage comme jamais auparavant ! Le sol de la maison trembla et tous les robinets se mirent à fuir abondamment.





Son père, affolé, dus utiliser ces pouvoirs sur elle afin de la calmer. Un cocon de branche et de feuilles se créa autour d'elle et petit à petit, épuisé par l'utilisation de ces pouvoirs, Physalia se calma. Son père reprit :





A bout de force, elle s'endormie. Le lendemain, à son réveil, ces parents étaient déjà partis. Elle eu peur puis sentie le nez froid de Lakvis'k sur sa main, ce qui la rassura. Non, elle n'étais pas seule. Sur sa table de chevet, posé en évidence au dessus du grimoire de Nanie, se trouvaient deux objet qu'elle reconnue immédiatement. Le poignard empoisonné de sa mère et le médaillon de son père, dans lequel se trouvait un portrait qu'il avait dessiné de leur famille ainsi qu'un crin de Licorne, qu'il avait eu la chance d'approcher lors d'une de ces missions. De précieux souvenirs.





Remise de ces douloureux évènements, Physalia avait pris l'habitude d'observer l'un des habitants de la ville, qui lui avait toujours parus étrange lorsqu'elle était petite. Un Ange. Elle avait beaucoup entendue parler de lui. Victime du massacre au palais, il avait été recueillit parmi les elfes. L'elfette s'émerveillais à le voir voler. Régulièrement, il se rendais aux abords de la forêt et dévoilait ces somptueuses ailes, qu'il cachait la plupart du temps. Mais il semblait avoir de grandes difficultés à parcourir le ciel sur de longues durées. La petite prenait toujours soin de ne pas se faire remarquer, et continuait à s'émerveiller de le voir ainsi évoluer dans les cieux. Elle rêvait de pouvoir un jour découvrir le Royaume Céleste.

Observer... voilà une activité qui lui causa bien des aventures. Depuis toutes ces années, Physalia avait continuer à suivre l'évolution du jeune hybride et de sa soeur elfe. Elle fut même témoins de leur douloureuse séparation... car celui-ci possédais de puissants pouvoirs magique. Elle assista également à un évènement qu'elle dus sceller dans sa mémoire. L'année de ces 13 ans, comme à l'accoutumé, elle regardais en cachette l'entrainement du demi-elfe. Il avait été exclue de la cité et vivait auprès d'un Maître Mage. Ce jour-ci, un autre elfe assistait à la séance. Mais l'air était bien lourd... la forêt inquiète... même les animaux avaient fuit cet endroit... Puis brusquement l'air chauffa, bouillant, brûlant ! Et il y eut une énorme explosion... Phsysalia perdit connaissance. A son réveil, le terrain avait été soufflé. Plus de Mage, plus de bâtiment. L'elfe gisait au sol, en piteux état. Quand à l'enfant, il se tenait au milieux des débris de ce qui avait été son logis. Un puissant grimoire maléfique entre les mains. Paralysée par la peur, elle attendit qu'il s'éloigne. La malheureuse victime de la scène avait besoin de soins de toute urgence. Elle lui prodigua les premiers secours puis fuit vers la ville. Choqué par ce qu'elle avait vus. Lorsque le blessé revint à son tour, il annonça la mort du jeune hybride. Cela détruisit sa soeur. Qui se referma sur elle même. Physalia savait la vérité... Mais quelque chose au fond d'elle la dissuada de parler.
Aujourd'hui encore l'elfe garde ce lourd secret en elle.

Malgré ces quelques péripéties, Physalia passa sereinement ces huit longues années. Sa réputation de Guérisseuse avait fait le tour de la Cité et commençait à se répandre dans tout le pays. On venait sans cesse frapper à sa porte à tout heure, réclamant soins et autres potions. Lakvis'k avait bien grandit, devenue un grand loup majestueux, il ne quittais jamais son amie et veillait sur elle jour et nuit. Depuis longtemps déjà l'elfette avait relâché dans la forêt les autres créatures de la maison, les laissant rejoindre l'esprit de Nanie. Ces escapades dans la forêt c'était transformé en long voyages, à la recherche de nouvelles planté ou bien d'un arbre malade ou d'un animal blessé. Physalia connaissait la forêt dans ces moindres recoins, si bien qu'il lui arrivait de servir de guide aux autres elfes. Elle n'avait plus eu de nouvelles de ces parents depuis 4 ans mais évitais de trop y penser. Depuis quelques temps déjà la maitrise du poignard de sa mère était devenue d'une aisance déconcertante. Bien qu'elle ne s'en servit jamais, elle dus parfois l'utiliser pour décourager un animal à la dents un peu trop aiguisé. Ainsi allait sa vie, paisible et rythmé par les saisons. Elle était heureuse, et aimé de tous. Sa timidité était bien présente mais on ne sen moquais plus. Parfois il suffit de se rendre utile pour être respecté.




Un soir d'automne, un être frappa aux portes de la Cité. Blessé et mourant, il demandait des soins et de l'aide. Phsysalia fut la première sur place. Puis une vague d'angoisse et de peur monta en elle, elle se saisit de son médaillon et posa une main dans la fourrure de Lakvis'k, qui grondais. Un hybride. Un hybride venait, agonisant, demander de l'aide au peuple le plus raciste qui soit. L'elfe était paralysée… Elle se devait de l'aider ! Mais comment faire sans se faire bannir ? L'elfette regarda autour d'elle et ne vit personne. D'un pas, elle franchit la porte et s'approcha de l'hybride. Elle avait peu de temps. Lorsqu'il la vit il expira :





Puis il s'évanouit. Touché par ces mots elle décida de le ramener chez elle, afin de le soigner. Le malheureux avait un trou béant au flanc et saignait abondamment… Elle le hissa sur le dos de son loup, qui gronda un peu, puis fit route en toute hate vers sa demeure. Personne ne les avait vus… dus moins elle le croyait… L'homme était mal en point. Installé à même le sol, Physalia s'affaira à le soigner toute la nuit, usant de tout son savoir ainsi que de sa magie. Au petit matin il étais sauf. Sa mission mené a bien elle pris le temps de respirer et alla se nettoyer. Lorsqu'elle revient vers son blessé il était debout, prêt à s'enfuir :





Puis il s'enfuit par la fenêtre. L'elfe n'étais pas tranquille, et son loup non plus. Elle avait le sentiment de courir un grand danger. Elle devait fuir. N'emportant que le strict minimum, la Guérisseuse quitta rapidement son logis. La Forêt. C'est la qu'elle devait aller. Mais lorsqu'elle tenta de franchir les porte de la ville, un garde l'arrêta.





Tous les habitants c'était rassemblés autour d'elle et scandait : " Physalia ! La Guérisseuse Maudite !" Lakvis'k grondais fort à ces cotés mais la petite avait la tête qui tourne et pleurait à chaudes larmes… Partir… Elle devait partir loin de ces gens qui n'ont pas de coeur… C'est alors que les elfes commencèrent à la lapider… elle courut… aussi vite que ces frêles jambes le lui permettaient… Elle se deamndait ou étaient l'hybride, à qui elle n'avait jamais réussit à parler... Ou la soeur elfe ! Qui l'aurait surement défendue... Malheureusement personne ne prit sa défense... pas même l'ange, qui devait encore être parmi les oiseaux.. Abandonné... Physalia se sentie abandonné... Une pierre lancé trop fort lui écorcha profondément le dos… Elle était blessé, épuisé, poursuivit… Lakvis'k la soutenait du mieux qu'il pouvait. Il ne la laisserait pas tomber. Quand soudain, la forêt était enfin en vue. Dans un élan d'espoir, l'elfe accéléra. Elle y étais. Chez elle. Auprès de Dame Nature. Et comme si celle-ci compris la situation, le sentier se referma derrière eux. Sauvé. Enfin sauvé… Nanie avait raison.




Il lui semblais pouvoir l'entendre… sentir sa présence rassurante auprès d'elle… Vivante.

Depuis ce funeste jour, Physalia et Lakvis'k vivent en harmonie totale au coeur de la Forêt de Landayën, protégé par Mère Nature. La jeune fille de retourna jamais aux abords de la Cité. Elle s'occupe désormais essentiellement de la faune et la flore, qui la remercie bien mieux que n'importe quel elfe qu'elle a pus soigner. Parfois des voyageurs égarés viennent trouver repos chez elle. Mais elle reste distante. La peur toujours en elle. De ce jour elle garde une profonde cicatrice dans le dos, comme si elle se devait de se souvenir de sa vie passé. De ces parents Physalia n'a aucune nouvelles, mais elle garde espoir. Même si elle n'est plus à l'intérieur de la cité ils la retrouveront. Elle a retrouvé le sourire et la joie de vivre. Comme si sa place avait toujours été la.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Phsysalia, La Guérisseuse Maudite
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Garadvishu, l'épée maudite [LIBRE]
» Fleur de lune, jeune et jolie guérisseuse
» Cybel, fée guérisseuse
» Isaëlle [Guérisseuse]
» Leila ♀ Chasseuse - Guérisseuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Contes de Mythra :: Espace Membre :: Espace Membre :: Présentation :: Profils-
Sauter vers: